Kalaw : premiers frissons birmans

Publié par leskeretlaboussole le

Kalaw : premiers frissons birmans

Mais à quoi pensent-ils, ces Birmans, quand ils nous font prendre des bus de nuit qui arrivent à 2h30 du matin ?! 😬

Nous voilà donc lâchés en ces heures matinales en plein milieu de nulle part de Kalaw… Et dans cette petite ville de montagne, il fait froid la nuit. Très froid ! Nos petits corps ne sont plus habitués… ! Heureusement, notre guesthouse nous accueille dans une petite chambre munie de deux lits simples aux épaisses couvertures : nous nous rendormons immédiatemment…

Kalaw est donc une ville d’altitude (attention, il n’y neige jamais pour autant) très calme et dont l’attrait touristique principal réside dans les nombreuses randonnées alentours. Pour peuve les nombreuses agences plus ou moins improvisées qui poussent comme des champignons dans le centre-ville. Après une rapide étude de marché, notre choix se porte sur celle acceptant de nous fournir un équidé pour un périple de 2 jours, 1 nuit dans la région.

Malheureusement, l’état de santé de votre reporter n’est pas au mieux et c’est donc réduit à trois gars que les Ker s’aventurent sur les pistes kalausiennes (?). Ils seront accompagnés d’un fier cheval répondant au doux nom de  » Mickael « , de son palfrenier et de notre super guide, Aï.


Les garçons ont adoré l’expérience,  » Mickael  » contribuant grandement à économiser leurs forces à tour de rôle. Nous traversons pinèdes (une petite odeur des Landes…😊 ), champs d’agrumes et de thé vert, rizières et forêts. Ici, nous croisons une école, là une voie de chemin de fer qui semble abandonnée. C’est également la saison des moissons et nous observons le travail des agriculteurs. Le soir, nous dormons chez l’habitant dans un petit village de l’ethnie « palaung » et dégustons avec plaisir un repas excellent à la présentation digne d’un super restaurant ! Elouan et Malo jouent avec les enfants du village : quiétude…


Le lendemain, nous repartons tout ragaillardis par une bonne nuit à la fraîche pour découvrir des paysages encore plus encaissés, sauver notre cheval tombé dans le lit d’une rivière, découvrir l’effervescence autour de l’arrivée du train en gare et rentrer en fin d’après-midi raconter tout cela à la Ker-mère, tout juste remise de ses problèmes de santé. Un grand merci à Aï pour sa gentillesse vis-à-vis des enfants, sa disponibilité face à nos questions et son sourire omniprésent pendant les 2 jours. Nous sommes définitivement sous le charme des Birmans.


Kalaw c’est aussi une belle rencontre. Celle d’une famille suisse avec qui le courant est tout de suite passé et que nous retrouverons, tel un fil rouge (et blanc), lors de nos prochaines étapes asiatiques… A suivre !

N’hésitez pas à cliquer pour voir notre galerie photos : KALAW

%d blogueurs aiment cette page :