Cambodge-Laos : récit d'une lutte acharnée contre la corruption commune

Publié par leskeretlaboussole le

Cambodge-Laos : récit d’une lutte acharnée contre la corruption commune

Des histoires sur cette frontière, on en a lues… Certains parlent de corruption organisée, certains paient, d’autres luttent. Certains se rebellent, d’autres font comme ils peuvent, résistent puis lâchent quelques dollars…

C’est donc avec une bonne dose d’appréhension, avouons-le, que nous quittons le 9 janvier au matin notre guesthouse. Là, nous avons acheté les billets de bus. On nous a dit qu’on prendrait d’abord un bus jusqu’à la frontière, où l’on serait guidés, avant de reprendre un mini-bus côté Laos, jusqu’aux 4000 îles. Un peu sceptiques quant aux horaires et au déroulé du process, on a pris les billets, se disant qu’on verrait bien le lendemain.

Donc, nous y voilà. Le tuk-tuk vient nous chercher vers 10h30 pour nous emmener au “terminus” de bus. Le mini-bus est déjà là, mais les touristes arrivent au compte-goutte. A un moment, on croise les doigts pour que personne d’autre n’arrive : va-t-on tous rentrer avec les sacs…?

Départ du mini-bus vers midi. Bon, on nous avait annoncé un départ vers dix heures… No stress !

Une petit heure et quart plus tard, nous voilà aux abords du poste frontière. La tension monte !

On nous débarque devant un pseudo café, où l’on nous demande d’attendre, pendant que les touristes fraîchement débarqués du Laos sont embarqués dans le mini-bus vers Stung Treng. Attendre quoi? Un flou s’installe : les tickets de bus pour le trajet après la frontière? Des papiers à remplir pour la douane ? Un homme jouant au bureaucrate nous invite à lui ramener ces fameux feuillets une fois complétés pour qu’il agrafe les photos. En même temps, il nous annonce qu’il nous en coûtera 38$ par personne pour passer la frontière, en toute tranquilité… Sachant que le fameux visa pour le Laos est annoncé à 30$ par personne sur le site internet de l’ambassade du Laos…!

On prend nos cliques et nos clacs, guitare, enfants et sacs et on annonce qu’on passera la frontière seuls… au risque que le mini-bus de l’autre côté ne nous attende pas. Qui ose nous suive ! Première arnaque déjouée !!! Trente minutes perdues…

Quelques mètres plus loin, nous voilà au poste de sortie du Cambodge. Pas seuls, puisque la quasi totalité des 15 personnes du mini-van nous a suivie ! Plusieurs Français parmi eux, que l’on a rallié à notre cause anti-corruption. 🙂

Nous sommes les premiers à passer. Les douaniers, sans un sourire, nous demandent 2$ par passeport. Quoi ? 8$ pour avoir 4 tampons ??? Nous réclamons des documents officiels pour vérifier. Ils nous congédient sans manière, refusant de nous adresser la parole, mais sans nous rendre les passeports. Au suivant !

Sauf que les suivants refusent aussi de donner le back-chiche… 🙂

Au bout d’un moment, tous les passeports sont rendus. Sans tampon… Et 20 minutes de perdue ! Les douaniers, au passage, se moquent bien de nous, affichant des sourires odieux.

Sans grande conviction, nous tentons de continuer vers le poste frontière du Laos. Bien entendu, nous sommes renvoyés vers les Cambodgiens pour obtenir le fameux tampon de sortie. Le bras de fer s’engage…

Après 30 minutes d’attente, ceux qui sont restés devant le poste laotien voient revenir les premiers détenteurs du tampon. La plupart n’ont payé qu’un dollar par passeport au lieu des 2$ rackettés. Finalement, ça ne fait jamais que 2$ par couple…

Au bout de 45 minutes, le dernier arrive : Loïc. Très fier, il n’a, lui, rien déboursé !!! Il a tenu bon jusqu’au bout ! Hourra ! Deuxième arnaque déjouée !!!

Et le deuxième bras de fer s’engage : les douaniers laotiens réclament à leur tour 2$ par passeport… Grrr ! Nous voilà devant eux, à attendre. On sort nos pique-niques, on attend. On attend, alors qu’ils nous appellent régulièrement pour voir si on n’a pas changé d’avis…

Au bout d’un moment, certains tendent un billet d’un dollar et récupèrent leur passeport avec un visa en bonne forme. Même situation qu’au Cambodge : 2$ par couple, ce n’est pas catastrophique. Chez les Ker, on tient. C’est une question de principe. Guerre des nerfs… Mais, les douaniers laotiens ne connaissent pas les Ker. Têtus ? Non, pire ! De vraies têtes de pioche !

Et de guerre lasse, le douanier rappelle Loïc et lui jette littéralement les quatre passeports tamponnés. Avouons, on avait craqué et glissé un billet de 1$. Il nous est rendu avec les passeports !

Troisième arnaque déjouée ! Hourra ! Victoire ! Nous sommes au Laos et n’avons pas déboursé un centime de plus que le prix normal du visa !

Notre guerre personnelle contre cette corruption organisée est gagnée, après encore 40 minutes d’attente… Il nous aura fallu au total 2h30 pour sortir du Cambodge et rentrer au Laos.

Et au passage, on remercie chaleureusement tous nos compagnons de voyage, qui ont attendu avec nous jusqu’au bout, devant ces douaniers corrompus, s’enthousiasmant avec nous de notre victoire. Avouons que nous avons peut-être bénéficié des quelques dollars qu’eux-mêmes avaient versés.

Dans toute cette histoire, ce n’est pas tant l’argent qui nous posait problème, même si, à coup de 2$ par passeport, il aurait pu nous en coûter 16 (en tour du monde, on compte chaque sou). Notre objectif était plutôt, en chevaliers combattant l’injustice, d’enrayer, à notre maigre échelle, cette corruption, bien connue de tous, ayant cours impunément… Heureusement que tous les Cambodgiens ne sont pas ainsi, mais cela nous laisse tout de même un goût amer et nous laisse présager de la suite au Laos !

Allez, il est temps maintenant de profiter des 4000 îles qui nous tendent les bras !

%d blogueurs aiment cette page :