Rapa Nui : L'île mystérieuse

Publié par leskeretlaboussole le

Rapa Nui : L’île mystérieuse

pano_20180611_212639_edited2062847697.jpeg

Quelques heures de sommeil dans l’avion et nous atterrissons, un peu vaseux, sur une île mystérieuse… Rapanui.

Ce nom ne vous évoque rien… ?

Indices :

  • C’est une île chilienne de culture polynésienne.
  • Elle a été découvert en 1722 par hasard.
  • C’est l’île la plus éloignée de toute terre habitée.
  • Elle est classée au Patrimoine mondial de l’Unesco
  • Son autre nom est celui d’une fête chrétienne.

J’ai nommé : Isla de Pascua ou Ile de Pâques !

Découverte, donc, au XVIIIe siècle, par un explorateur hollandais, celui-ci lui donna ce nom car il y débarqua le jour de Pâques. Pas plus compliqué que ça ! Rapanui est le nom pascuan de l’île.

Pourquoi île mystérieuse ?


img_00471308349279.jpg

Connue pour ses grandes statues de pierre énigmatiques, les Moaïs, de nombreuses théories ont circulé quant aux moyens employés pour leur installation, ainsi que sur leur rôle.

Ile mystérieuse aussi de par son peuple. On admet aujourd’hui qu’il serait d’origine polynésienne (vraisemblablement des Marquises), mais, en observant le relief et la mer souvent agitée, on peine à imaginer des hommes et femmes à bord de leurs embarcations débarquer sur cette île, entourée de courants marins contraires. On se questionne également sur leur histoire : comment ont-ils vécu ici, quelles étaient leurs traditions et surtout pourquoi et comment ont-ils disparu.

Bref, vu de loin, l’Ile de Pâques a tout pour fasciner…

Et, in situ, on vous confirme qu’on était émerveillés ! 😊 Quel rêve d’atterrir ici, de découvrir cette île et ses géants.

Pas plus grande que l’île d’Oléron, formée par les éruptions de trois volcans, à des périodes successives (3 millions d’années, 2,5 millions d’années puis 300 000 ans), Rapanui montre tantôt des collines vertes, à la végétation rase, tantôt des falaises de lave noire. On peut la visiter en 2 ou 3 jours, mais nous avons choisi de prendre notre temps et d’y rester une semaine. Il faut dire qu’on était extrêmement bien installés chez Dayan et Moï…!



 

Le parc national de Rapanui compte près de 887 statues au total. Toutes ne sont pas debout : certaines sont face contre sol, d’autres encore encastrées dans la carrière de l’île, sorties ou inachevées, d’autres enfouies sous terre.

Certains Moaïs portent leur pukao, une sorte de chapeau circulaire de pierre rouge (les statues, elles, sont en tuf volcanique), quelques-uns ont des yeux de corail. Si semblables et pourtant tous différents ! On ne se lasse pas de les découvrir aux quatre coins de l’île !



L’île possède également une histoire pour le moins étrange et totalement folle. Il s’agit du culte de l’homme-oiseau. Lorsque les querelles entre les villages se sont répandues (entre les XVIIe et XIXe siècles), le culte de l’homme-oiseau a permis de re-fédérer un temps les peuples. Le temps des Moaï déclinait, les villages se disputaient le pouvoir, les zones fertiles, les zones de pêche. Les rois pascuans, de la lignée des Miru, cédèrent un peu de leur pouvoir aux chefs de clan. Ceux-ci devaient, chaque année, désigner un représentant serviteur. Ces derniers participaient à la course de l’homme-oiseau. Au mois d’août, en plein hiver austral, les candidats devaient rejoindre à la nage le Motu Nui, à 2 kilomètres de la côte, luttant contre les violents courants marins. Arrivés là, ils devaient rapporter le premier oeuf d’une frégate (un oiseau marin), alors qu’à cette époque, des milliers d’oiseaux de toutes sortes nichaient sur le motu… ! Après avoir nagé contre vents et marées, allez donc trouver un oeuf de frégate !!! Mais, ce n’est pas fini : celui qui trouvait le sésame devait revenir sur Rapanui, l’oeuf attaché à son front, et franchir à nouveau les mers pour rapporter le trésor intact à son chef. Evidemment, pour cela, il fallait grimper les falaises escarpées et dangeureuses de l’île, falaises hautes de plus de 300 mètres, tout cela à main nue. Koh Lanta, à côté, c’est vraiment de la gnognotte… Au terme de cette épreuve surhumaine, l’homme-oiseau devait vivre cinq mois reclus, seul, mais il permettait à son clan de régner pendant une année et acquérait un prestige à vie.

Quand on regarde l’horizon, le motu et qu’on tente de comprendre ce qu’était cette épreuve, on en reste bouche bée !!! Quelle société !



A tout point de vue, on reste fascinés lors d’un séjour sur Rapanui. Alors qu’on a percé un peu du mystère des Moaïs, ces géants de pierre resteront à jamais gravés dans nos têtes et dans nos coeurs…

img_0242-103548466.jpg

Des photos de l’île de Pâques : ici…


2 commentaires

Famille Marchaudon · 7 juillet 2018 à 14:32

Encore du rêve… Vous lire nous donne toujours autant envie de voyager! Mais aussi de vous retrouver… Vous rentrez quand? Je crois qu’on sera très nombreux à avoir envie de partager avec vous… Bises

Coralie Martin-Chaix · 3 juillet 2018 à 14:11

La classe vous remercie pour tout ce que vous nous avez permis de travailler…je pense que c’est le meilleur moyen pour retenir et pour développer sa culture géographique. Un grand merci à vous quatre et je languis de vous revoir pour de vrai. Maîtresse Coralie

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :