Perdu-Siba : lost in translation

Dernière aventure au Sarawak pour les Ker : une semaine en immersion dans un village Iban. Cette véritable expérience nous a été proposée par Bornéo A La Carte. Cette agence est dirigée par Amélie, secondée par Laura qui toutes deux nous ont reçus comme des amis de longue date venant visiter leur région. Résultat : des itinéraires réellement sur-mesure et un accueil sincèrement chaleureux. Les Iban, donc, représentent une des ethnies du Sarawak et certains vivent encore dans des longhouses, maisons traditionnelles longues sur pilotis réunissant plusieurs familles. Nous allons vivre une semaine parmi les 14 familles du village de Perdu (ça ne s’invente pas!) dans la province de Siba. Pour y aller, nous rencontrons Chris, notre guide, mari d’Amélie et originaire d’une longhouse voisine de Perdu… 5 heures de voiture depuis Kuching puis 3 bonnes heures de marche dans la jungle à franchir les rivières, gravir les collines et longer des champs de poivre nous amènent à destination : sur un promontoire verdoyant se niche notre logis pour la semaine à venir. Chaque soir une nouvelle famille nous accueille, nous offrant couvert et gîte. Petit détail qui aura son importance, Chris nous quitte (c’est le deal) le lendemain matin et nous voilà en autonomie linguistique. Ne soyons pas timides !

(suite…)

Bangkok : tentacules asiatiques 

Bangkok : tentacules asiatiques Bon, soyons francs, Bangkok ne nous a guère charmés. Mégapole immense, tentaculaire, bruyante, polluée, continuellement embouteillée. Mega-malls, consommation, beaucoup de touristes (nous en faisons partie, c’est vrai), l’impression (pas qu’une impression) de se faire arnaquer en permanence, avec nos faces de blancs et nos yeux ronds… Lire la suite…

Myanmar : Premières impressions sur notre 5ème étape

Myanmar : Premières impressions sur notre 5ème étape Mingalabar! Nous voilà donc au Myanmar (anciennement la Birmanie). Myawaddy, ville frontière avec la Thaïlande. Quelle différence avec la voisine de l’autre côté du fleuve? Peut-être un peu plus l’anarchie niveau circulation, plus de monde aussi; ça grouille! Les hommes, au Myanmar, Lire la suite…